Message aux Amis de la Nature de France

publié le 10 juin 2022

Chères Amies et chers Amis de la Nature,

Tout d’abord permettez-mois de vous remercier au nom du Bureau de l’IAN de l’invitation à votre congrès à Evian les Bains.

Les Amis de la Nature - France sont un pilier fort du mouvement international des Amis de la Nature et, par leurs activités et leur grand engagement, ont contribué de manière décisive à ce que nous, les Amis de la Nature, parlions aujourd’hui d’une voix forte pour défendre nos objectifs communs au niveau mondial : la solidarité, la justice et l’amitié – les fondements d’une bonne vie pour tous et toutes !

Par leur engagement, les Amis de la Nature - France ont soutenu de manière significative l’établissement du mouvement des Amis de la Nature en Afrique – c’est grâce à eux que d’innombrables projets ont pu être mis en œuvre en Afrique, comme il y a pas longtemps l’impressionnante construction d’un château d’eau dont la communauté rurale de Finkolo au Mali avait un besoin urgent.

De nombreuses organisations européennes d’Amis de la Nature ont dû faire face à des moments difficiles ces dernières années. La pandémie de la Covid-19 a encore aggravé la situation : les activités communes n’étaient soudainement plus possibles, nos Maisons ont dû fermer, les découvertes de la nature en groupe et les échanges personnels étaient brusquement interdits. Cela a eu des répercussions sur les adhérents individuels ainsi que sur le travail des instances au niveau régional, national et international. La communication personnelle, base de toute bonne coexistence, a été soudainement limitée et les discussions n’étaient plus possibles que par les canaux numériques.

Dans le même temps, la crise de la Covid-19 a montré à quel point les valeurs traditionnelles des Amis de la Nature sont toujours importantes : les inégalités se sont massivement renforcées, et les personnes déjà défavorisées avant la crise subissent de plein fouet les conséquences de la pandémie, tant au niveau local qu’au niveau mondial. Parallèlement, la crise climatique ne connaît pas de répit, et ses effets sont particulièrement durs pour les populations des pays du Sud.

Comme si nous n’avions pas déjà assez de problèmes, nous avons dû assister en février dernier, bouleversés, à l’attaque militaire de l’Ukraine par le président russe Poutine, qui a ébranlé les fondements de la coopération européenne. C’est notamment à la suite de la Seconde Guerre mondiale qu’a été créée en Europe l’Union européenne, qui s’est donné pour mission de travailler la main dans la main et non pas l’un contre l’autre. Au lieu d’une guerre froide, nous souhaitions la coopération et il semblait qu’avec la chute du mur de Berlin en 1989, nous avions atteint l’objectif d’une Europe pacifique de l’Atlantique à l’Oural.

Même si apparemment la guerre ne se limite qu’à l’Ukraine, elle nous concerne tous, non seulement en Europe, mais aussi au niveau mondial. Nos économies sont interconnectées à l’échelle mondiale et l’Ukraine était, et est toujours, le pays qui exporte le plus de blé, ces exportations étant désormais interrompues et menacées. Cela a des répercussions sur de nombreux pays du Sud mondial et nous assistons à une augmentation dramatique des catastrophes liées à la famine, notamment en Afrique. Avec le boycott énergétique du gaz et du pétrole russes, les prix de l’énergie vont augmenter en Europe – et cela touchera particulièrement les classes moyennes et les ménages les plus pauvres.

Chères amies et chers amis, nous nous trouvons face à une spirale de guerre qui ne cesse de s’amplifier, et nous devons tout faire pour revenir le plus rapidement possible à la table des négociations. Tout l’argent qui est actuellement gaspillé en armes pourrait être mieux investi dans un développement prospère en Ukraine, mais aussi en Russie. Nous devons avant tout miser sur les forces démocratiques et raisonnables en Russie et les soutenir.

La solidarité, la justice mondiale et la cohabitation équitable et amicale sont plus nécessaires aujourd’hui que jamais dans la perspective d’un bon avenir. Cela nécessite également une société civile forte qui ne se lasse pas de revendiquer ces valeurs. Et en tant qu’Amis de la Nature, nous jouons également un rôle essentiel à cet égard !

Chères amies et chers amis, la solidarité, la justice et l’amitié sont nos fondements, tant au niveau international qu’aux niveaux régional et local. Nous, les Amis de la Nature, avons déjà montré par le passé que nous parvenons à sortir renforcés de crises. Dans ce sens, le Bureau de l’Internationale des Amis de la Nature vous souhaite un Congrès réussi et constructif avec de bonnes décisions, susceptibles de servir de base solide pour l’engagement si important des Amis de la Nature français !

Je vous présente un cordial « Berg frei » !

Manfred Pils, Président,
au nom du Bureau de l’Internationale des Amis de la Nature