Contenu

La Seine à vélo, de la source jusqu’à la mer

publié le 25 août 2016

On en rêvait ! cet itinéraire à vélo se fera ! Dans un premier temps, le départ se fera de Paris, mais le souhait de fixer son origine bien en aval reste un objectif.

L’alliance entre fleuves et tourisme à vélo est particulièrement fructueuse en France comme à l’étranger. Faible dénivelé, du moins, c’est ce que l’on imagine, variété des paysages, proximité avec la nature, maillage de villes et villages, … Les itinéraires cyclables le long des fleuves sont très prisés par les touristes à vélo. Qui ne connaît ou ne rêve de suivre le Danube, le Rhin, la Loire ... à vélo pour ne citer que les plus connus.

Le coup d’envoi de la « Seine à Vélo » (de son nom « officiel » V33) fut donc donné le 13 juillet à Vernon, lors d’une réunion rassemblant des élus de Normandie et d’Ile de France, à l’invitation du Département de l’Eure et de la Délégation interministérielle au développement de la Vallée de la Seine. Deux associations, dont les Amis de la nature, y participaient en raison de leur implication déjà forte dans la réalisation de l’itinéraire voisin, Paris - Londres.

Un itinéraire encore discontinu, mais une volonté politique

Sollicités par les Départements & Régions Cyclables, des représentants d’associations cyclistes ou environnementales parmi lesquelles les Amis de la nature de Colombes et du Havre avaient transmis leur position vis-à-vis d’une Véloroute de la Seine.

Ils ont pointé de nombreux atouts, notamment :

  • l’existence de plusieurs bases de loisirs : Boucles de Seine à Moisson, Ile de loisirs du Val de Seine à Verneuil, Léry-Poses, Jumièges-Le Mesnil constituant un but de balade, mais aussi une étape intéressante pour les familles avec enfants.
  • l’attrait des nombreuses possibilités de traversées de la Seine en bacs,
  • de nombreuses thématiques possibles : l’impressionnisme, la batellerie, le patrimoine historique ou religieux dans les villes traversées, et naturel avec les parcs régionaux du Vexin et des Boucles de la Seine normande.
  • sa connexion avec d’autres itinéraires existants permettant de poursuivre la randonnée, notamment vers l’Angleterre ou le long des côtes normandes.

La véloroute de la Seine entre Paris et le Havre traverse 7 Départements et 2 Régions. Une forte volonté politique existe déjà sur ces territoires laissant espérer un aménagement rapide. Chacun a mis en avant les importantes retombées économiques que son territoire pouvait attendre du développement du tourisme à vélo et l’intérêt de collaborer. L’itinéraire identifié représente un total de 430km dont 47% sont déjà réalisés.

L’attente des utilisateurs

Mais les associations ont fait connaître leur forte attente pour un itinéraire au plus près de la Seine ne se limitant pas à Le Havre - Paris.

En amont, de Paris à Troyes, d’autres itinéraires inscrits au schéma national des véloroutes et voies vertes se succèdent pour remonter le cours du fleuve : la Scandibérique (EuroVelo 3) de Paris à Champagne-sur-Seine, puis la V16 de Champagne-sur-Seine à Troyes. Ces itinéraires cyclables déjà identifiés représentent 236km dont 35% sont réalisés.

Aucun projet ne semble à l’étude entre Troyes et la source de la Seine. Néanmoins, la perspective d’atteindre Strasbourg par les grands lacs de Champagne-Ardenne, puis le canal de la Marne au Rhin deviendrait possible. « La Seine à vélo » participerait ainsi à l’avancement de la véloroute Paris - Prague, porté par nos voisins allemands et tchèques, sous l’appellation PanEuroparadweg, qui pourrait devenir Londres - Paris - Prague.

D’autres souhaits furent exprimés par les associations :

  • Au niveau de l’estuaire de la Seine, la possibilité de deux destinations d’arrivée : Le Havre et Honfleur.
  • la sécurisation des traversées de la Seine par l’aménagement des ponts, en plus des bacs.
  • la préservation de l’offre intermodale actuelle, capitale pour la fréquentation (TER, bacs, …).
  • le développement d’offres associant bateau et vélo : les sociétés de croisières fluviales pourraient diversifier leurs offres en acceptant un aller ou un retour avec transport de vélo (comme sur le Rhin ou le Danube)
  • des liaisons avec des sites touristiques et le développement de boucles thématiques

Naissance du comité d’itinéraire « La Seine à vélo »

Alors que chaque collectivité avait jusqu’à présent travaillé de façon isolée, l’objectif de cette réunion d’élus semble avoir été atteint : les élus présents ont officiellement adopté le nom « La Seine à vélo » pour l’itinéraire V33 et exprimé leur volonté commune de collaborer à sa réalisation.
Ce partenariat se concrétise par la création d’un comité d’itinéraire composé de représentants de chacune des collectivités. Son mode de fonctionnement, son plan d’actions et son budget seront définis avant la prochaine réunion prévue en janvier 2017. C’est dans ce comité d’itinéraire que les Amis de la nature prendront leur place et que les sections en bord de Seine pourront apporter leur connaissance du terrain.