Contenu

Nouveaux OGM, non merci !

publié le 3 mai 2016

Le sujet des nouveaux OGM mérite un réel débat sociétal et scientifique, impossible au sein du Haut Conseil des Biotechnologies. C’est pourquoi France Nature Environnement a présenté le 13 avril dernier, en même temps que six autres structures associatives et syndicales, sa démission du Comité économique, éthique et social (CEES) du Haut Conseil des Biotechnologies (HCB). Cette démission a été rendue publique par le communiqué de presse suivant.

« Cette démission est motivée d’une part, par nos difficultés à faire prendre en considération nos questions et propositions dans le cadre des groupes de travail du CEES, et d’autre part, par le débat tronqué sur la question des nouvelles technologies de manipulation génétique des plantes. Nous avions d’ailleurs manifesté le 6 avril dernier pour dénoncer la falsification de l’expertise scientifique du HCB sur ces nouvelles technologies. »

« Ces technologies, permettant possiblement d’accélérer, d’amplifier et d’affiner le travail de sélection, motivent évidemment les grandes entreprises semencières qui prônent leur dérégulation. A contrario, nous considérons que les nombreuses questions d’ordre éthique, scientifique, social et environnemental qu’elles posent, demandent qu’elles soient placées sous contrôle réglementaire. C’est la conclusion de la lettre ouverte, largement argumentée, que huit organisations de la société civile, dont France Nature Environnement, ont adressé au Commissaire Santé et Sécurité alimentaire de la Commission Européenne, le 5 avril 2016. Vous pouvez télécharger cette lettre depuis ce lien. »

« C’est également la motivation de la pétition « Nouveaux OGM, non merci ! » que nous venons de lancer avec nos partenaires français et européens :» http://www.nouveauxogmjenveuxpas.fr. La pétition est disponible en anglais ici : http://www.no-newgmo.com.

France Nature Environnement et les sept autres organisations signataires invitent à largement diffuser cette lettre ouverte et cette pétition, afin que les produits issus des nouvelles technologies de manipulation génétique soient soumises à la réglementation OGM, imposant leur évaluation avant autorisation, leur traçabilité et leur étiquetage.

Communiqué du 21 avril 2016