Contenu

Pour une réforme complète de la politique européenne en matière d’asile

publié le 20 juin 2015

Communiqué de presse

Olomouc, le 13 juin 2015

Le Congrès international des Amis de la Nature demande la révision de la législation européenne en matière d’asile et de réfugiés

À l’occasion du 22ème Congrès International des Amis de la nature à Olomouc en République tchèque, les organisations membres de l’Internationale des Amis de la Nature ont adopté une résolution sur la situation dramatique des refugiés en Europe.

« Au lieu de fournir son aide humanitaire, à savoir d’offrir temporairement à des réfugiés un hébergement, de leur ouvrir des voies de formation et de leur permettre de travailler, l’Europe réagit en réfléchissant à des moyens de lutter contre les vagues croissantes de réfugiés par des moyens militaires et policiers. Vu que les pays européens comptent parmi les économies les plus riches du monde, cette démarche n’est pas seulement inappropriée, mais constitue une manière particulièrement cynique et en violation des droits humains de se comporter vis-à-vis de personnes en quête de secours », déclare Manfred Pils, réélu Président de l’Internationale des Amis de la Nature avec une large majorité à l’occasion du Congrès.

S’il est vrai que l’Europe a beaucoup de problèmes, assurer la survie de réfugiés n’en fait certainement pas partie. Un « problème » ne se pose que quand les personnes qui réussissent à arriver en Europe malgré toutes les mesures de dissuasion, sont internées dans des camps surpeuplés et doivent attendre inactifs l’issue de la procédure d’asile. C’est ainsi qu’elles deviennent la cible de partis populistes qui, face à cette situation créée par la politique, exploitent encore à leurs propres fins politiques ces personnes en quête de secours. Il ne sera possible de faire face à ce développement que par une politique d’asile et de migration claire et organisée.

C’est pourquoi le Congrès de l’Internationale des Amis de la Nature demande aux gouvernements européens une réforme complète de la politique européenne en matière d’asile, dont les éléments centraux sont :

  • le droit à un logement humanitaire et à une vie autonome,
  • la possibilité de suivre une formation et une formation continue pendant la durée de la procédure d’asile
  • un accès équitable au marché du travail
  • et une procédure équitable pour tous les réfugiés.

« Si l’Europe peut débloquer des centaines de milliards d’Euros pour, sauver‘ des établissements de crédit et des banques, quelques millions pour sauver des réfugiés ne devraient pas être un problème. Les sommes affectées actuellement à des opérations menées à grand renfort technique et militaire, pour empêcher des réfugiés d’entrer en Europe, devraient plutôt être investies dans une politique d’asile et de migration organisée », dit Manfred Pils. Le meilleur instrument pour lutter contre l’activité des passeurs est de proposer aux personnes en quête d’aide des procédures d’asile régulières dans les ambassades européennes de leur pays ou bien des procédures d’asile au moment de leur entrée officielle dans l’Union européenne.

En plus de la révision immédiate des législations nationales et européenne en matière d’asile et de réfugiés, les Amis de la Nature demandent une augmentation des fonds nationaux et internationaux pour la coopération au développement. Que la riche Europe n’arrive même pas à fournir la part convenue internationalement de 0,7% de son PIB, est une honte et aggrave les écarts de prospérité entre l’Europe et les pays du Sud. Les crédits actuellement affectés faussement à la promotion d’exportations ou à la construction de la « forteresse Europe », devraient être orientés vers un développement social plus équitable et contribuer au développement économique durable des pays en question.

Contact :
L’Internationale des Amis de la Nature
Relations publiques : Cornelia Kühhas
Site web : www.nf-int.org