Les hydrocarbures de schiste – Dangereux, ni durables ni souhaités !

publié le 23 janvier 2014

La Commission européenne a publié le 22 janvier la recommandation attendue depuis longtemps sur les hydrocarbures (gaz et huile) de schiste. « La recommandation de la Commission destinée à règlementer l’exploitation d’hydrocarbures de schiste est décevante et inquiétante » - dit Manfred Pils, Président de l’Internationale des Amis de la nature (IAN) qui représente 500 00 adhérents dans 43 pays.

Les Amis de la nature appellent la Commission européenne à adopter une règlementation stricte en matière d’exploration et de production d’hydrocarbures de schiste et demandent l’interdiction de ceux-ci dans l’ensemble de l’Union européenne !

« Intervenant à la place d’une proposition législative contraignante, une simple série de recommandations non contraignantes relatives à des principes minimaux pour l’exploitation de gaz de schiste, ne garantira pas le respect des normes environnementales les plus strictes et risque de menacer la santé des citoyens et des citoyennes européens », poursuit M. Pils.

L’exploration et la production de gaz et d’huile de schiste ne sont pas souhaitées …

Les citoyen/ne/s de l’Union européenne ne veulent pas du gaz de schiste ! Près de 23 000 citoyens et citoyennes européens ont participé à une récente consultation publique de la Commission européenne sur les avantages et les défis des combustibles fossiles non conventionnels (hydrocarbures de schiste) en Europe, et une grande majorité de ces répondant/e/s se sont opposés à la fracturation dans l’UE.

Dans bien de pays Européens (par exemple en Roumanie), les populations luttent contre cette technologie controversée et hautement toxique. Plusieurs pays, parmi eux la France, la Bulgarie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la République tchèque, de même que des régions en Allemagne et en Espagne ont déjà adopté l’interdiction de la fracturation ou un moratoire en la matière.

… sont dangereuses et non durables

La fracturation hydraulique est une méthode hautement controversée d’extraction d’huiles et de gaz naturels. Elle consiste à injecter dans la roche, à une pression extrême, des millions de gallons d’eau, mélangés à un cocktail toxique de produits chimiques – y compris des agents cancérogènes connus – ce qui peut provoquer, entre autres, la contamination de la nappe phréatique. Si la fracturation moderne d’huile et de gaz remplit les poches des dirigeants des sociétés pétrolières, elle n’est pas génératrice de croissance économique sur une base large. Par contre, la fracturation est responsable de problèmes environnementaux et économiques rampants pour les communautés rurales et urbaines.

À cela s’ajoute que l’extraction du gaz et de l’huile de schiste n’est pas une technologie de transition vers une production énergétique neutre en termes de climat, parce que d’une part son utilisation est synonyme d’émissions de CO2 et que d’autre part une baisse du prix du gaz et de l’huile diminuerait l’intérêt à investir dans un tournant énergétique et/ou nécessiterait des subventions plus élevées. L’extraction des hydrocarbures de schiste renferme donc des dangers sociaux et écologiques

Les Amis de la Nature demandent l’interdiction de la fracturation de gaz et d’huiles de schiste non conventionnels dans l’ensemble de l’Europe.

Pour plus d’informations :

>> Document de synthèse : Les Amis de la nature demandent d’interdire l’extraction de gaz et d’huile de schiste - Internationale des Amis de la nature

>>> Résolution « L’Europe doit interdire l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures de schiste »(9/2013 en all/fr) - Amis de la nature d’Allemagne et de France